31/01/2009

L'importance de la respiration

La respiration

« Inspirer est le premier acte à faire en entrant dans le monde…

Expirer est le dernier acte à accomplir en quittant ce monde….

Entre-temps, la vie existe en nous et nous fait vivre….

La vie est une grande respiration qui dure … le temps d’une vie ! »      (Pecollo)

 - La respiration est au cœur de nos émotions et est le premier et principal  moyen d’expression dont notre corps dispose pour traduire et témoigner ce que nous ressentons. C’est un véritable dialogue entre le corps et l’esprit ;  EX : quand survient une grosse émotion, (pleurs, colère,…) « plus je suis  angoissé, plus ma respiration se modifie et cette modification, témoignant  de mon angoisse, augmente encore mon angoisse.

 - La respiration symbolise l’amplitude, la vastitude, la légèreté et aussi la liberté EX :  «Il m’empêche de respirer ou il m’étouffe… » : cela veut dire que l’autre nous supprime une grande part de liberté. 

- La respiration assure la circulation de l’air (entrée et sortie) : le système respiratoire représente l’échange entre nos milieux intérieur et extérieur.  La vie entre en nous par le nez et les autres organes de la respiration (peau= 1/6).

 - La respiration abdominale apporte détente et sérénité :

Quand on inspire, on reçoit de l’énergie : le diaphragme se contracte et s’abaisse légèrement en faisant remonter le ventre. Quand on expire, le diaphragme remonte, le ventre se creuse et les muscles intercostaux se contractent pour faire sortir l’air. Cela permet un massage tout à fait naturel des organes internes (estomac, reins, foie,…) et une libération du plexus solaire : le plexus se situe symboliquement entre le sternum et le nombril. Les personnes stressées le localisent facilement : c'est là où se trouve la sensation de "boule" (ou de noeud) qui vrille le ventre dans les moments de pression ou de tensions.      

 - La respiration abdominale rétablit l’équilibre entre nos 2 hémisphères :

L’hémisphère droit, plus ancien, gère les émotions plus négatives comme la peur, la colère, l’angoisse (ça permet de survivre) et produit l’adrénaline et le cortisol tandis que le gauche (la raison), plus récent génère les émotions agréables.

·        Respiration altérée = tension = fatigue = adrénaline, cortisol = dérèglement = nuisance

·        Respiration profonde = acte de santé = préservation de la santé = contact avec soi et avec les autres.

De très nombreuses personnes respirent au niveau du thorax ou ont inversé leur respiration : en inspirant, elles rentrent le ventre et gonflent le thorax et expirant, elles sortent le ventre. Souvent, cela est du à notre éducation (tiens-toi droit, rentre le ventre !) et/ou à une accumulation de stress au cours de notre existence. Pourtant, il y a encore des moments dans lesquels nous retrouvons cette respiration naturelle, par exemple lorsque nous dormons où qu’un bon gros fou rire nous prend… Mais il est bien sûr possible de la rétablir, d’abord consciemment, pour qu’elle devienne une bonne habitude et fasse partie intégrante de notre mode de fonctionnement.

 

 

23/01/2009

Séance type de sophrologie

Voici comment se déroule une séance type: 

Alliance : dialogue entre le sophrologue et un individu ou des individus permettant de fixer un objectif

Acceptation de la méthode : le sophrologue explique et enseigne des méthodes, transmet des outils, des techniques et cherche à être le moins directif possible : c’est le participant qui les applique de sa propre initiative. Chacun progresse à son rythme suivant son vécu et son attente. En sophro et plus particulièrement en travail de groupe, il est important de ne pas juger l’autre, ce qu’il peut dire ou ressentir car nous avons chacun des parcours de vie différents et des attentes différentes. L’accord du ou des participants est indispensable; un des objectifs principal de la sophro est la responsabilité et l’autonomie de l’individu.

La relaxation est une relaxation musculaire et une détente mentale et se fait en 2 temps:

-   la relaxation physique : les sentiments, les pensées, les émotions, les angoisses se traduisent toujours au niveau du corps, par des tensions. (colère = poings fermés,..) mais nous avons souvent du mal à nous en rendre compte car nous connaissons mal notre corps. De plus, notre éducation occidentale privilégie depuis des siècles, la pensée en négligeant le corps. Si on a conscience de ces manifestations, on peut les contrôler. Pourquoi ? La montée de l’émotion entraîne la montée des tensions, qui à leur tour vont amplifier les émotions,… mais l’inverse est également vrai : la détente musculaire va augmenter la détente mentale, apporter un apaisement, qui à son tour va détendre un peu plus le corps….  La relaxation physique peut être soit statique soit dynamique.

-   la détente mentale : une fois la relaxation musculaire obtenue, le participant va approfondir son niveau de vigilance en fixant son attention sur sa respiration et se laisser aller au calme et descendre ainsi jusqu’au bord du sommeil ou niveau sophro-liminal comme on l’appelle en sophrologie. (niveau de vigilance tout à fait naturel situé entre veille et sommeil que nous traversons le soir lors de l’endormissement et le matin au réveil). Le sophrologue peut alors passer à la phase d’activation :     

* les sensations perçues vont être assimilées (au lieu d’avoir un corps, on est un corps)

* l’augmentation des capacités d’imagination (la production d’images est facilitée)

* favorise la concentration, la mémoire

* c’est à ce niveau que l’on peut « avoir envie de », « reprendre goût à », trouver ou retrouver nos motivations.

* apprendre à programmer positivement des événements, des situations futures

La reprise : c’est la fin de la relaxation, avec la reprise du tonus musculaire nécessaire à l’activité et le retour au niveau de vigilance ordinaire.

Le dialogue : est l’expression orale ou écrite, du vécu de la séance.

 

19/01/2009

Un conte: Le capitaine caverne

Il était une fois un petit garçon qui avait grandi sans s’en rendre compte…

Le soleil s’était levé maintes et maintes fois… tandis que la lune s’était posée doucement, dans son lit, accompagnant ses rêves d’enfant.

Chaque nuit, le petit garçon rêvait, rêvait… et chaque nuit, il confiait ses rêves à la lune.

La lune, bienfaisante, emmenait les souhaits de l’enfant vers les étoiles, en leur demandant d’en prendre grand soin car c’était la seule richesse que l’Enfant possédait. Les étoiles, bien connues comme étant d’excellentes concierges, conservaient les souhaits comme des pierres précieuses et étaient ravies de veiller à tout ce que tout soit bien classé.

Elles avaient même inventé un système de classement de souhaits des plus performants car elles savaient que, bien souvent, les enfants devenus grands, « oubliaient » de les récupérer. Elles se trouvaient donc submergées par des tonnes de souhaits non réalisés…mais bon…elles espéraient toujours que quelqu’un viendrait réclamer…un jour…

Et ces jours passèrent, le petit garçon grandit… Son entourage s’inquiétait un peu car plus il grandissait, plus il gardait son âme d’enfant. Souvent, il entendait : « Allo… la lune ? Ici la terre… tu es là ?  Mais oui, qu’il était là !  Notre petit garçon pensait à tous les souhaits qu’il avait déjà confiés à la lune.  Et il attendait patiemment qu’ils s’accomplissent…

Au fil du temps, il se mit à perdre confiance, à penser de moins en moins à ses souhaits et à se laisser envahir par les choses futiles et inutiles rencontrées sur son chemin. Il finit donc par « oublier d’y croire » et par ne plus rien confier à la lune.  

Rêves et souhaits relégués au placard, il était entré dans le monde des grands. Sérieux, structuré et organisé, il passait ses journées à travailler et il ne lui restait que peu de temps pour chercher le bonheur…Il avait tellement envie d‘être heureux pourtant, d’aimer et d’être aimé à son tour…

Un jour…, il crut trouver cette petite perle rare capable d’allumer son cœur mais au lieu de le rendre heureux, elle le fit souffrir et déchira avec ardeur son rêve de bonheur… enfin, le croyait-il… 

Alors, notre homme se ferma, s’emmura, se barricada et ne laissa personne l’approcher de trop près. Souriant mais sans cesse sur la défensive, entouré mais pourtant seul avec lui-même … il savait au fond de lui, qu’il lui manquait quelque chose.  Par un bel après-midi d’automne, il croisa le regard d’un chat qui lui dit :

-        « Crois-tu vraiment que tu es heureux ??? »

-        « Mais les chats ne parlent pas » lui répondit notre homme.

-        « Eh bien si, ils parlent !!! Qu’as-tu fait de tes rêves d’enfant ? Ne te souviens-tu pas que tu voulais que les animaux parlent et te comprennent ? » lui dit le chat.

-        « Si, bien sûr, mais il y a tellement longtemps et puis ça ne s’est jamais réalisé !… Mais je rêve ou quoi… je parle avec un chat… » dit l’homme.

-        « Non, tu ne rêves pas ! Nous, les chats avons le pouvoir de parler uniquement quand nous sentons que le moment est venu et qu’il est impératif d'agir »… « Et pour toi, il est plus que temps si tu ne veux pas finir comme un vieux croûton… » dit encore le chat.

-        « Vieux croûton, vieux croûton…tu t’es bien regardé ! » dit l’homme.  « Je suis en pleine fleur de l’âge et j’ai tout l’avenir devant moi ! »

-        « Justement, la fleur risque de se faner. Ne t’attarde pas sur ton passé, vis dans le présent et croque ton avenir et surtout, surtout, fais appel au Capitaine Caverne…car comme lui, tu as des pouvoirs étonnants » dit enfin le chat en s’enfuyant d’un bond agile.

Notre homme en resta baba, le Capitaine Caverne était son héros préféré quand il était petit… Alors, d’une fois, tout lui revint en mémoire… la lune, les souhaits qu’il lui confiait, les rêves qu’il croyait perdu à jamais… C’était donc possible et bien vrai que les rêves se réalisaient…pour peu qu’on les entretiennent.

Ce soir là, en se couchant, notre homme fit appel à la lune en lui demandant d’ouvrir la porte de son inconscient. Il s’endormit en souriant et fut projeté dans la caverne du Capitaine CAAAVERNE où étaient entassés ses nombreux rêves d’enfant. Un à un, il les redécouvrit, le cœur gonflé d’amour et de reconnaissance. Des larmes de joie roulèrent sur son oreiller et formèrent des milliers de petites étoiles lui rappelant, au petit matin, que le bonheur était en lui et qu’il était la plus belle chose qu’il pouvait découvrir et s’offrir.

 (Anne Tomisinec - octobre 2008)

 

 

05/01/2009

La séquence de base

La séquence de base débute par une « petite démarche » préparant le système énergétique, à savoir l’inversion psychologique qui est causée par des pensées négatives et auto destructrices au niveau du subconscient. Cette démarche est essentielle car elle permet au problème d’être reconnu, donc de l’accepter et de lever l’auto sabotage.

1.)  Identifier l’émotion ou le problème.  Ex : « peur de parler en public ».

2.) Mesurer l’intensité sur une échelle de 0 (aucune intensité) à 10 (intensité la plus élevée) de ce problème ou émotion telle que vous la ressentez maintenant. C’est un point de repère qui permet de mesurer l’amélioration au fur et à mesure de la séance.                                                              Ex: 8/10

 3.) Créer une affirmation en précisant la situation/problème. Ex : Même si j’ai cette peur de prendre la parole en public, je m’aime et je m’accepte comme je suis.

4.)  Répéter 3x cette affirmation en tapotant/massant le point sensible ou le point karaté

5.)  Tapoter les points de la séquence de base en ne reprenant que la phrase de rappel.  Ex : « peur de prendre la parole en public ».  

6.)  Evaluer l’intensité du problème : êtes-vous toujours à 8 ou la note est-elle descendue ???

7.)  Faire la gamme des 9 actions en se connectant à son émotion ou problème.

8.)  Réévaluer l’intensité du problème. Normalement, c’est descendu et il n’y a plus qu’un reste de…

9.)  Donc, refaire la séquence de base avec ce reste de…

10.) Réévaluer de nouveau.  

Pendant que vous effectuez l’EFT, vous allez peut-être avoir des flashs (images mentales), des souvenirs qui vont remonter ou des pensées qui arrivent ou encore des émotions qui vont surgir, c’est normal et il est bien de travailler directement avec ce qui se présente.

 

 

21:38 Écrit par Anne dans EFT | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sequence de base, ip, emotion, probleme |  Facebook |