25/09/2009

Se débarrasser des kilos émotionnels !

La sophro peut vous aider
 

Une aiguille qui baisse ou qui monte sur la balance alors qu’on n’a pas modifié ses habitudes alimentaires, un jean qui nous boudine sans qu’on ait avalé trois paquets de gâteaux la veille ? Ça arrive. Et si l’on cherchait du côté de nos émotions ? Des événements heureux ou dramatiques, un changement de statut ou encore un environnement insatisfaisant sont autant d’éléments qui peuvent expliquer ces kilos qui viennent ou qui partent sans raison apparente.


Le docteur Stéphane Clerget est l’auteur de l’ouvrage Les kilos émotionnels, comment s’en libérer, paru aux éditions Albin Michel
 
Comment reconnaître si les kilos pris ou perdus sont émotionnels ou non ?
Il faut cesser de culpabiliser lorsqu'on connaît une variation de poids et arrêter de croire que tout est une question de volonté. 90 % des personnes qui ont fait un régime reprennent du poids ensuite parce qu'elles ont agi sur les conséquences et non sur la cause de leur surpoids. On détecte facilement les kilos émotionnels lorsqu'on a éliminé toutes les raisons évidentes : prise de certains médicaments, immobilité forcée (plâtre, maladie)… On les reconnaît aussi lorsqu'ils surviennent de manière brutale, après un changement de vie et sans qu'il n'y ait eu de modifications du comportement alimentaire. Lorsqu'on a défini leur origine, ils sont faciles à perdre et durablement. 
 
Pourquoi ne sommes-nous pas égaux dans nos réactions face aux différentes émotions ? Notamment le stress ?
Enfant, on assiste au modèle de nos parents et à leur manière de gérer leurs émotions. On prend alors exemple sur eux et on apprend d'eux différentes manières de répondre à des émotions négatives. Certains les extériorisent par la parole et la communication, d'autres à travers la création. Il est important de trouver son propre mode d'expression pour pouvoir les gérer. Quant à l'impact du stress, il dépend des personnalités. Son effet est très fort sur les mangeurs émotionnels, qui trouvent du réconfort en se tournant vers la nourriture à chaque émotion négative. Et cette prise de poids va être alors une source de stress supplémentaire. C'est le cercle vicieux !

© Javotte Boutillier / Luce

Les commentaires sont fermés.