05/04/2010

Texte à méditer

Oser être heureux

Oser être heureux
c'est accepter de l'être tout de suite.
Oui ! sans conditions, à l'aube de chaque instant, en étant capable d'accueillir simplement l'inouï du présent.

Être heureux c'est savoir entrer dans le fragile et l'éphémère de l'événement, de s'accorder avec lui dans le meilleur de ce qu'il recèle.
Etre heureux c'est être à la fois le réceptacle et le don dans l'immédiateté d'un regard, l'intensité d'une intention, la liberté d'un geste.
La clef du bien-être ne doit pas être confondue avec la recherche du bonheur, elle est dans l'acceptation inconditionnelle du meilleur de soi dans la rencontre avec le meilleur de l'autre.
Quand je sais dire oui ou non,
sans me blesser ou me culpabiliser.
Quand je sais entendre et recevoir le oui ou le non de l'autre comme étant bien le sien.
Quand je sais sans réticence accepter mes possibles et me différencier de ceux de l'autre.
Quand je sais me respecter et me définir
face aux valeurs et croyances parfois
si éloignées des miennes.
Un bonheur se reçoit et s'amplifie
dans l'imprévu d'une rencontre,
dans le rire d'un partage,
dans l'étonnement d'un abandon.
Quand je cherche à l'emprisonner
dans la répétition ou l'exigence,
il se dérobe et se perd à jamais.

Source: Jacques Salomé

19/01/2009

Un conte: Le capitaine caverne

Il était une fois un petit garçon qui avait grandi sans s’en rendre compte…

Le soleil s’était levé maintes et maintes fois… tandis que la lune s’était posée doucement, dans son lit, accompagnant ses rêves d’enfant.

Chaque nuit, le petit garçon rêvait, rêvait… et chaque nuit, il confiait ses rêves à la lune.

La lune, bienfaisante, emmenait les souhaits de l’enfant vers les étoiles, en leur demandant d’en prendre grand soin car c’était la seule richesse que l’Enfant possédait. Les étoiles, bien connues comme étant d’excellentes concierges, conservaient les souhaits comme des pierres précieuses et étaient ravies de veiller à tout ce que tout soit bien classé.

Elles avaient même inventé un système de classement de souhaits des plus performants car elles savaient que, bien souvent, les enfants devenus grands, « oubliaient » de les récupérer. Elles se trouvaient donc submergées par des tonnes de souhaits non réalisés…mais bon…elles espéraient toujours que quelqu’un viendrait réclamer…un jour…

Et ces jours passèrent, le petit garçon grandit… Son entourage s’inquiétait un peu car plus il grandissait, plus il gardait son âme d’enfant. Souvent, il entendait : « Allo… la lune ? Ici la terre… tu es là ?  Mais oui, qu’il était là !  Notre petit garçon pensait à tous les souhaits qu’il avait déjà confiés à la lune.  Et il attendait patiemment qu’ils s’accomplissent…

Au fil du temps, il se mit à perdre confiance, à penser de moins en moins à ses souhaits et à se laisser envahir par les choses futiles et inutiles rencontrées sur son chemin. Il finit donc par « oublier d’y croire » et par ne plus rien confier à la lune.  

Rêves et souhaits relégués au placard, il était entré dans le monde des grands. Sérieux, structuré et organisé, il passait ses journées à travailler et il ne lui restait que peu de temps pour chercher le bonheur…Il avait tellement envie d‘être heureux pourtant, d’aimer et d’être aimé à son tour…

Un jour…, il crut trouver cette petite perle rare capable d’allumer son cœur mais au lieu de le rendre heureux, elle le fit souffrir et déchira avec ardeur son rêve de bonheur… enfin, le croyait-il… 

Alors, notre homme se ferma, s’emmura, se barricada et ne laissa personne l’approcher de trop près. Souriant mais sans cesse sur la défensive, entouré mais pourtant seul avec lui-même … il savait au fond de lui, qu’il lui manquait quelque chose.  Par un bel après-midi d’automne, il croisa le regard d’un chat qui lui dit :

-        « Crois-tu vraiment que tu es heureux ??? »

-        « Mais les chats ne parlent pas » lui répondit notre homme.

-        « Eh bien si, ils parlent !!! Qu’as-tu fait de tes rêves d’enfant ? Ne te souviens-tu pas que tu voulais que les animaux parlent et te comprennent ? » lui dit le chat.

-        « Si, bien sûr, mais il y a tellement longtemps et puis ça ne s’est jamais réalisé !… Mais je rêve ou quoi… je parle avec un chat… » dit l’homme.

-        « Non, tu ne rêves pas ! Nous, les chats avons le pouvoir de parler uniquement quand nous sentons que le moment est venu et qu’il est impératif d'agir »… « Et pour toi, il est plus que temps si tu ne veux pas finir comme un vieux croûton… » dit encore le chat.

-        « Vieux croûton, vieux croûton…tu t’es bien regardé ! » dit l’homme.  « Je suis en pleine fleur de l’âge et j’ai tout l’avenir devant moi ! »

-        « Justement, la fleur risque de se faner. Ne t’attarde pas sur ton passé, vis dans le présent et croque ton avenir et surtout, surtout, fais appel au Capitaine Caverne…car comme lui, tu as des pouvoirs étonnants » dit enfin le chat en s’enfuyant d’un bond agile.

Notre homme en resta baba, le Capitaine Caverne était son héros préféré quand il était petit… Alors, d’une fois, tout lui revint en mémoire… la lune, les souhaits qu’il lui confiait, les rêves qu’il croyait perdu à jamais… C’était donc possible et bien vrai que les rêves se réalisaient…pour peu qu’on les entretiennent.

Ce soir là, en se couchant, notre homme fit appel à la lune en lui demandant d’ouvrir la porte de son inconscient. Il s’endormit en souriant et fut projeté dans la caverne du Capitaine CAAAVERNE où étaient entassés ses nombreux rêves d’enfant. Un à un, il les redécouvrit, le cœur gonflé d’amour et de reconnaissance. Des larmes de joie roulèrent sur son oreiller et formèrent des milliers de petites étoiles lui rappelant, au petit matin, que le bonheur était en lui et qu’il était la plus belle chose qu’il pouvait découvrir et s’offrir.

 (Anne Tomisinec - octobre 2008)